SYNTHESE SUR LA MORALE

Rappel+Pour+agir+moralement,+faut-il+ne+pas+se+soucier+de+soi

On a tendance à définir la morale comme ce qui nous dicte ce qui est bien et nous permet d'éviter ce qui est mal. Or le problème c’est que le bien et le mal sont des valeurs relatives dans la mesure où soit ils dépendent de la société dans laquelle on vit, soit de la religion, soit de la conscience et des sentiments de chacun. Mais dans tous ces cas, le bien et le mal nous apparaissent comme des valeurs variables, changeantes et donc, au total, floues.

Kant cherche à déterminer des critères universels de la moralité, c’est-à-dire, des critères valables pour tous les hommes abstraction faite de tout ce qui peut les différencier (âge, race, culture religion…). Or, ce que les hommes ont en commun c’est leur raison. Voilà pourquoi Kant ne va plus fonder la morale sur le bien et le mal mais uniquement sur la raison. 

Qu’est ce la raison ? C’est cette faculté qui nous permet d’échapper à notre nature sensible, de ne plus être déterminé par les lois physiques, sociologiques, biologiques mais de pouvoir nous déterminer par nous-même, de pouvoir nous fixer nos propres buts. En clair c’est parce qu’il est doué de raison que l’homme est libre, et être libre ce n'est pas faire n'importe quoi comme on le désire mais c’est avoir la faculté de se donner à soi-même ses propres lois (être autonome). 

téléchargement (13)

Et dans un tableau je voudrais dire quelque chose de consolant comme une musique. Je voudrais peindre des hommes ou des femmes avec ce je ne sais quoi d'éternel, dont autrefois le nimbe était le symbole, et que nous cherchons par le rayonnement même, par la vibration de nos colorations.

Van Gogh, Lettres à Théo

 

Or qu’est ce qu’une loi ? En physique, par exemple, c’est un énoncé qui permet de comprendre le comportement de tous les phénomènes étudiés. La loi est a priori c'est-à-dire universelle et nécessaire. Kant va de même chercher une loi morale. Une lois qui sera donc universelle et nécessaire.

Cette loi de la raison c’est précisément ce qu’on appelle le devoir. Mais est-ce qu'il n'y a pas une contradiction à parler de devoir dans la mesure où Kant insiste en même temps sur l'idée que la base de la morale c'est la liberté? Comment une loi qui est l'expression de notre volonté peut-elle nous apparaître comme une contrainte? En fait, plutôt que de contrainte, il faut parler ici d'obligation. 

Quelle est la différence entre ces deux termes? La contrainte est toujours extérieure à soi et on y cède du fait d'une nécessité. En revanche, l'obligation vient de soi. C'est une règle que l'on se fixe à soi-même librement et à laquelle on décide de se tenir parce qu'on le veut.

Ainsi, parce que nous ne sommes pas des êtres de pure raison, mais que nous avons tendance à nous laisser aveugler par nos intérêts égoistes, nos sentiments, nous allons nous obliger à respecter la loi morale, à suivre, quelles que soient les circonstances, et quoi qu'il en coûte, les impératifs moraux. Et ces impératifs moraux, c'est ce que Kant appelle les impératifs catégoriques.

A+retenir+!+Les+trois+formulations+de+l’impératif+catégorique+(=+devoir+moral)+pour+KANT

 

kant_nuit_loi_morale

Deux choses, dit Kant, me remplissent le coeur d'une admiration et d'une vénération, toujours nouvelles et toujours croissantes, à mesure que la réflexion s'y attache et s'y applique : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi.

http://belcikowski.org